SAIV / Défense2019-06-26T11:32:43+00:00

Contrôle d’accès et SAIV/Défense

Le contrôle d’accès joue un rôle décisif dans le respect des obligations de sécurité imposées par l’État aux « activités d’importance vitale ». Energie, transport, gestion de l’eau potable, industrie, “activités judiciaires ou administratives de l’État”, tous ces secteurs sont répertoriés comme particulièrement exposés aux risques et sont soumis aux exigences SAIV.

LOCKEN collabore depuis l’origine du dispositif SAIV (2006) avec les entreprises de ces secteurs névralgiques. Son expertise accumulée, à travers l’équipement en contrôle d’accès de dizaines de milliers de sites lui permet de jouer un rôle déterminant dans la mise en œuvre des obligations à respecter.

Quel rôle joue le contrôle d’accès LOCKEN dans les normes SAIV ?

Si la solution de contrôle d’accès Locken équipe de nombreuses entreprises relevant de secteurs « SAIV », c’est qu’elle permet une optimisation à la fois rationnelle et élégante de la sécurité en complémentarité d’autres solutions normatives : CCTV, contrôle d’accès câblé….
La solution Locken repose sur une clé intelligente pourvue d’un ensemble d’autorisations. Celles-ci lui sont délivrées par un puissant logiciel de gestion d’accès, LSA (Locken Smart Access).
La clé électronique intelligente ne déclenche l’ouverture du cylindre que si elle est munie des autorisations nécessaires ; celles-ci peuvent être données en temps réel grâce au module Bluetooth des clés de dernière génération, via l’App MyLocken. Ainsi, une personne non autorisée qui se retrouverait en possession de la clé à la suite d’une négligence, d’un vol, ou d’un acte de violence ne se verrait pas pour autant autoriser l’accès. Dans certains cas, il lui faudrait être identifiée dans l’application MyLocken et se soumettre à des procédures d’accès qui ne lui sont pas connues. A cela s’ajoute la possibilité que la clé ne soit programmée que pour une durée très courte à un moment déterminé.
De plus, toute ouverture ou tentative d’ouverture est enregistrée dans la mémoire de la clé électronique, et transmise au Locken Smart Access (LSA). Cela permet au responsable sécurité de vérifier avec précision l’activité de chacun. LSA, parce qu’il permet de déceler toute anomalie, a également un effet puissamment dissuasif.
Ces particularités du contrôle d’accès LOCKEN s’accordent parfaitement avec la possibilité offerte aux entreprises des secteurs concernés de pouvoir demander à l’autorité préfectorale si ses personnels ne présentent pas à un moment donné un risque potentiel. Toute invalidation aboutirait immédiatement à la neutralisation des autorisations données à la clé, qui deviendrait inutilisable.
A la finesse du logiciel de contrôle d’accès, la clé électronique allie la robustesse de sa conception, puisqu’elle est certifiée EN1303/grade2 pour sa résistance aux tentatives d’intrusion et de vandalisme.
Ainsi le contrôle d’accès LOCKEN contribue efficacement à la finalité ultime des normes SAIV : « sauvegarder les intérêts fondamentaux du pays par le renforcement de son niveau et de sa culture de sécurité ».

Quelle est la genèse du dispositif SAIV ?

L’État a toujours veillé à la sécurité d’un certain nombre de secteurs sensibles. Mais les attentats du 11 septembre 2001 ont incité les autorités à redoubler de vigilance. Et le rôle croissant du secteur privé dans l’économie les incitait à étendre à certaines entreprises privées les réglementations qu’elles n’imposaient jusque-là qu’aux services de l’État.
Sous la responsabilité du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, organe dépendant du Premier Ministre, ont été répertoriés 12 secteurs d’importance vitale comprenant 250 opérateurs publics ou privés. Ces opérateurs ont eux-mêmes désigné 1400 « points d’importance vitale », c’est-à-dire « fournissant les services et les biens indispensables à la Nation »1.
Chaque opérateur doit élaborer un certain nombre de plans de sécurité à remettre à l’administration. Tout d’abord un PSO, Plan de Sécurité Opérateur, dont la conformité avec la Directive de sécurité nationale de son secteur d’activité est vérifiée par un comité interministériel. Les opérateurs doivent également remettre un PPP (plan de sécurité particulier) pour chacun des points d’importance vitale qu’ils ont à gérer. Les PPP doivent être approuvés par le préfet du département, qui prend les mesures de contrôle nécessaires.

1) Revue Défense, mars-avril 2016

Nos cas clients sur le secteur de la défense

Actualités

Sécurisation des sites sensibles : focus sur le secteur de l’eau

18 juillet 2014

actualités

Le contrôle d’accès des sites dits sensibles ou stratégiques obéit à des exigences spécifiques, liées aux contrai ...

100.000
utilisateurs
150.000
sites installés
1.500.000
accès quotidiens
Demander un devis
Nous
contacter